vendredi 13 octobre 2017

Christian Fierens et Frank Pierobon : Les pièges du réalisme. Kant et Lacan

Editions Modulaires Européennes InterCommunication SPRL - Août 2017 - Collection : Lire en psychanalyse


Peut-on croire à la réalité propre de l'être humain comme à celle d'une "chose" dont l'observation contiendrait tout ce qui est nécessaire à sa connaissance ? Non, car cette illusion piège la pensée et la dépouille de son pouvoir agissant et créateur, que soutiendraient des méthodes philosophiques comme l'architectonique de Kant et psychanalytiques comme la topologie de Lacan.

Christian Fierens est psychanalyste et a publié de nombreux ouvrages sur Lacan. Frank Pierobon est philosophe et spécialiste de l'architectonique kantienne.

acheter ce livre

samedi 7 octobre 2017

Gilberte Gensel : Neuf lettres sur la dissonance sexuelle

Gallimard - Octobre 2017 - Connaissance de l'Inconscient 


Huit lettres, plus une au lecteur en manière d’épilogue – mais le lecteur est le vrai destinataire de ces lettres à : Lou Andreas-Salomé, Christine Angot, Alexis Géra (c’est alors à Monique Thiébaut, l’héroïne de Marguerite Yourcenar, que l’auteur prête sa plume), «En haut lieu» (c’est-à-dire à Freud), à Winnicott, Adam Phillips, Jacques Lacan, et à Michel Gribinski. 
Gilberte Gensel relève chaque fois une dissonance, un son désaccordé, et prend la plume pour tenter d’obtenir une sorte d’explication franche que sa lettre va imaginer, détailler et discuter. Or la fêlure incriminée est de près ou de loin de nature sexuelle. 
De très près, même, comme lorsque Lou Andreas-Salomé se permet d’écrire que «chez la femme l’appareil génital n’est guère qu’une partie du cloaque prise en location» («en location!» s'agace Gilberte Gensel, avant de s’en prendre à ce bizarre «cloaque») ; ou lorsque Christine Angot évoque son père incestueux dans Un amour impossible, «comme s’il n’était pas mon père et que je n’étais pas son enfant» – et l’une de rappeler à l’autre qu’il n’y eut pas plus «père» que le mythique «père de la horde primitive», qui possédait toutes les femmes et toutes les (ses) filles, et de lui poser la question indélicate s’il en est : «Qu’est-ce qu’un père?» 
De plus loin, comme avec une singulière erreur répétitive de Lacan qui assagit involontairement une phrase célèbre de Freud. 
Et, à Freud, justement, que veut l’auteur? Elle veut savoir, comme nous, ce qu’il aurait pensé du mariage pour tous. 
La dernière lettre, celle au lecteur, fait l’éloge de la dissonance sexuelle : la dissonance est sexuelle et ce qui ne dissone pas est monocorde, «ne trouvez-vous pas? Et terriblement monotone».

acheter ce livre

dimanche 1 octobre 2017

Antonio Quinet : La cité et ses maîtres fous

Editions Stilus - Septembre 2017


Qu’est-ce que la folie pour la psychanalyse ? Quelles sont les formes qu’elle peut prendre dans notre actualité ? L’objectif de ce livre qui suit l’option prise par Freud et l’élucidation apportée par l’enseignement de Lacan, porte essentiellement sur l’actualité de la psychose dans notre contexte social.
L’axe qui est ici privilégié, et qui constitue l’originalité de l’ouvrage, concerne les liens sociaux qu’un sujet psychotique entretient avec ses partenaires, dans le travail, dans le couple et dans la famille. Au centre du questionnement, il s’agit de définir ce que l’auteur entend par la guérison dans la psychose et ce que peut espérer un psychotique dans la rencontre avec un analyste.

acheter ce livre

samedi 30 septembre 2017

Yannick Barthe : Les retombées du passé. Le paradoxe de la victime

Le Seuil - Septembre 2017


Que sont devenus les anciens soldats et travailleurs ayant participé aux essais nucléaires menés par la France au Sahara et en Polynésie dès le début des années 1960 ? Certains d'entre eux sont récemment sortis de l'oubli et se sont rappelés au souvenir de l'Etat. Ils se sont mobilisés afin d'obtenir réparation pour le préjudice qu'ils estiment avoir subi du fait de leur exposition à la radioactivité. Avec eux, un certain passé, celui de la "grande aventure de la bombe", est retombé et c'est une autre histoire qui commence à s'écrire, celle de ses victimes. Mais que signifie pour ces anciens soldats le fait de "devenir" victime ? En suivant au plus près la lutte à la fois juridique et politique menée par ces "vétérans des essais nucléaires", ce livre met en lumière le caractère complexe et ambivalent de tout processus de victimisation. Car comme le montre ce cas exemplaire, les victimes elles-mêmes éprouvent parfois de grandes difficultés à endosser complètement ce statut qu'elles ont pourtant revendiqué. Tel est le paradoxe de la victime.

Yannick Barthe est sociologue, directeur de recherche au CNRS et membre du Laboratoire interdisciplinaire d'études sur les réflexivités de l'EHESS. Ses travaux ont porté sur la gestion des risques collectifs et sur les controverses publiques qu'ils suscitent. Il a publié au Seuil (avec Michel Callon et Pierre Lascoumes) Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, 2001.

acheter ce livre

vendredi 29 septembre 2017

Analyse Freudienne Presse - 2017/1 - N° 24 - Névrose, psychose et perversion, psychopathologie désuète ou ultime rempart contre l’exclusion du sujet de l’inconscient ?

Erès - Octobre 2017


L'apport des structures cliniques névrose, psychose et perversion est aujourd’hui remis en question. De nouvelles appellations se multiplient et tentent de renforcer la posture scientifique, à l'aide d'items à consigner et auxquels se référer pour s'assurer qu'il s'agit bien de pathologie.
Mais ce que nous constatons dans l'expérience quotidienne au "un par un" avec nos patients ne fonctionne pas ainsi. Cette prétention à vouloir "classer", évaluer, et ainsi donner un nom qui nomme une souffrance, au lieu de représenter le sujet souffrant, n'est peut-être qu'une tentative pour rassurer le soignant. Les effets du réel dans la clinique, dans et à travers la parole, ne peuvent être décrits ainsi. La psychanalyse peut-elle se reconnaître en tant qu’une “science du réel” ? Alors : quel serait le statut du sujet en psychanalyse ? Quelles sont les opérations nécessaires pour que du sujet puisse se produire au lieu du grand Autre qui lui préexiste ? Comment quelqu’un advient-il au lieu du sujet ? Les structures névrose, psychose et perversion pourraient-elles être le dernier bastion pour soutenir le sujet aujourd'hui ?

Page 7 à 14 : Robert Lévy - Névrose, psychose et perversion : psychopathologie désuète ou dernier bastion pour la défense du sujet ? | Page 15 à 17 : - Présentation | Page 19 à 30 : Radjou Soundaramourty - De l’impossible dans la nomination | Page 31 à 38 : Michel Ferrazzi - Le discours du sujet et l’idée d’un progrès | Page 39 à 57 : Néstor A. Braunstein - Structures cliniques ou positions subjectives | Page 59 à 70 : Galo Eidelstein - La science des structures comme un bastion | Page 71 à 75 : - Présentation | Page 77 à 84 : Graciela C. Crespin - De l’a-structure à une structure sans « a » ? Le cheminement de la structure | Page 85 à 96 : Robert Lévy - Il n’y a pas de fixité de la structure chez l’enfantà condition que l’analyste sache s’en servir | Page 97 à 104 : Anna Konrad - L’écoute analytique et les structures… comme occasion de penser le sujet | Page 105 à 115 : Donna Redmond - La peau que j’habite… : l’adolescence et le corps | Page 117 à 120 : - Présentation | Page 121 à 133 : Guy Dana - Espace et psychose. Finalités | Page 135 à 145 : Carol Watters - Un manipulateur, singulier « auxiliaire »… de Dieu | Page 147 à 167 : María Cruz Estada - Le corps, dernier bastion ? | Page 169 à 190 : - Notes de lecture.

acheter ce livre

Savoirs et clinique - 2017/2 - n° 23 - Qu’est-ce qui nous arrive ? Aperçus psychanalytiques du politique

Erès - Octobre 2017


La question : « Qu’est-ce qui nous arrive.? » est l’expression d’un profond désarroi, d’un état de grande perplexité. Quand vous ne vous retrouvez plus dans le monde, quand vous ne reconnaissez plus la place que vous y occupiez. Or, la perplexité peut être plus grave que l’angoisse. Elle vous cloue sur place ou vous destine à l’errance, puisque vous avez perdu vos coordonnées en tant que sujet. Assailli par la perplexité, vous déniez la réalité perturbatrice ou sousestimez ce qui n’est pourtant rien de moins qu’un assaut du réel. L’ennemi est situé au dehors : « Les réfugiés ! », crie-ton, alors qu’il vient du dedans, de l’intérieur de notre société : la xénophobie, l’homophobie, le racisme, bref les prodromes du fascisme. La situation de notre société impose aux psychanalystes le devoir de découvrir les pathologies tapies derrière les décisions et comportements irrationnels dus à la politique de pays qui se réclame pourtant de la démocratie, de la raison, de la vérité et du bien. Quelles sont les forces qui poussent nos élites au ratage voire au désastre politique et économique – erreurs en contradiction flagrante avec leurs programmes et promesses ? La psychanalyse ne saurait être complice de la dissolution du tissu social qui se poursuit sous nos yeux. Freud a proposé une théorie de la libido, prolongée par Lacan, pour définir ce qui lie le langage, le corps et le réel. Les symptômes que nous étudions dans la clinique des névroses, psychoses et perversions s’aggravent quand le lien social se délite sous la pression d’une civilisation qui tourne mal.

Page 7 à 11 : Frédéric Yvan - Éditorial | Page 12 à 22 : Franz Kaltenbeck - Karl Kraus face à Hitler | Page 23 à 33 : Manya Steinkoler - Mar a Logos : L’élection de Trump et les fake news | Page 34 à 43 : Daisuke Fukuda - Toshio Shimao. De l’expérience du kamikaze à celle d’une « lituraterre » | Page 44 à 54 : Diane Scott - Le théâtre s’inquiète | Page 55 à 64 : Antoine Verstraet - C’est ça que tu veux ? ! | Page 65 à 76 : Bénédicte Vidaillet - Pour en finiravec la pensée psychanaloïde réactionnaire | Page 77 à 79 : Diana Kamienny-Boczkowski - Le concept de populisme : des pistes de réflexion | Page 80 à 89 : Stéphane Wahnich - Les signifiants de Marine Le Pen | Page 90 à 100 : André Laks - Objet-sujet. Observations préliminaires sur les démarches de Jean Bollack et de Peter Szondi Introduit par Franz Kaltenbeck | Page 101 à 108 : Franz Kaltenbeck - Perversion et psychose II (dans « Kant avec Sade » de Jacques Lacan) | Page 109 à 117 : Bénédicte Vidaillet - La présentation clinique dans la pratique et la transmission de la psychanalyse : un acte analytique | Page 118 à 125 : Céline Masson - Le corps adolescent et le transfert. Tague ton blaze ou le bang de la rencontre | Page 126 à 129 : Sylvie Boudailliez - Un traumatisme et son destin | Page 130 à 136 : - Critiques de films | Page 137 à 145 : - Comptes rendus de lecture.

acheter ce livre


jeudi 28 septembre 2017

Marie Pesenti-Irrmann : Lacan à l'école des femmes

Erès - Septembre 2017


Si Lacan a su de manière magistrale lire dans l'inconscient freudien la grammaire signifiante qui y est à l'oeuvre, il s'est attaché à chercher, tout au long de son travail, des voies d'accès logique, topologique, poétique à un mystère plus lointain qui a trait à la jouissance, et tout particulièrement à celle en jeu dans l'énigme du féminin sur laquelle Freud avait buté. En chemin, Lacan a rencontré des figures féminines devant lesquelles il se montre ému, épris, ravi. L'inaccessibilité de la dame de l'amour courtois, le silence de la blanche Ophélie, l'entre-deux-morts d'Antigone, le dire non de Sygne de Coûfontaines, les extases de Marie-Marguerite Alacoque, la folie d'amour d'Aimée, l'ont mené sur les rivages d'un continent qui s'approche plus facilement par l'art que par les outils de la pensée. Qu'elles soient issues de sa pratique clinique ou rencontrées dans la littérature, empruntées à la mythologie, au théâtre ou à la philosophie, ces femmes l'ont précédé et enseigné sur les voies de la jouissance et de l'amour. Lacan s'est mis à leur école. Dans un style clair et au plus près du texte du séminaire, Marie Pesenti-Irrmann reprend une par une ces figures féminines en dévoilant ce qu'elles esquissent d'un ternaire inédit Jouissance/Amour/Femme en contrepoint du ternaire Désir/Phallus/Nom du père, longuement déplié par Lacan.

Marie Pesenti-Irrmann pratique et enseigne la psychanalyse à Strasbourg et à Paris. Elle est membre d'Espace Analytique et du comité de rédaction de la revue Figures de la psychanalyse.

acheter ce livre