mercredi 25 novembre 2009

Portraits de femmes en analyste - Lacan et le contre-transfert

Gloria Leff



Sortie le: 26/11/2009
Editeur : Epel
Collection : Essais
Prix : 24 €

Ferenczi le notait déjà en 1924 : « Dans toute analyse normale, l’analyste joue, en effet, tous les rôles possibles, sans exception, pour l’inconscient du patient ; il ne tient qu’à lui de reconnaître ce rôle chaque fois au moment opportun et de s’en servir consciemment selon les circonstances . » Mais quand l’analyste endosse un rôle particulier, qu’est-ce qui se met en marche ? Qu’est-ce qui entre en jeu ? Comment la réussite ou l’échec d’une analyse pourraient-ils dépendre de cette représentation ? Lacan, dans le séminaire L’angoisse, dégage pour ces questions un abord d’une autre veine en relevant qu’une des analyses rapportées par une « femme analyste » avait réussi parce qu’elle avait fait jouer son contre-transfert. Le contre-transfert a toujours été un des thèmes les plus discutés entre analystes et ce, indépendamment de leur appartenance doctrinaire ou du groupe analytique dont ils se réclament. La condamnation de Freud en 1910 n’a pas endigué l’intérêt des analystes pour ce problème ; pas plus que le rejet de Lacan, et des lacaniens – qui eux ont essayé de rabattre l’affaire sur la notion du « désir de l’analyste »-, n’a pu, lui non plus, mettre un terme à cette question. En 1962-1963, la position de Lacan est beaucoup plus nuancée : il s’appuie sur une anecdote sur le Talmud pour circonscrire la spécificité de l’érotique analytique et reconnaître que psychanalyste et psychanalysant ressortent marqués de s’être trouvés « ensemble dans la cheminée ». Il reprend alors la problématique contre-transférentielle et la met dans la bouche (et sous la plume) de quelques « femmes analystes » pour contester le point où Freud a arrêté l’analyse. Avec l’écrit de l’une d’elles il montre que non seulement l’analyse peut être menée « au-delà de l’angoisse de castration », mais aussi de quoi est fait cet « au-delà » et à quelles conditions un analyste a pu y avoir accès.

Traduit par Béatrice Cano

vendredi 20 novembre 2009

Psychanalystes en supervision

Antonino Ferro



Paru le : 19/11/2009
Editeur : Erès
Collection : Transition
Prix : 23 €

Dans cet ouvrage, Antonino Ferro reprend, commente et développe le travail psychique accompli par le psychanalyste venu lui parler d'un cas.
Il ne cherche pas à imposer sa manière d'entendre mais fait écho à celle de son interlocuteur : double écoute, écoute mutuelle qui permet d'exposer le travail psychique du " couple " thérapeutique, et d'illustrer le processus de supervision. Présenté de manière vivante, le matériel clinique est discuté en groupe sous l'autorité d'Antonino Ferro qui, dans la continuité de la pensée de Bion, transmet avec simplicité et rigueur une théorie complexe de la psyché.
Avec cet ensemble de dossiers cliniques issus d'un travail de supervision avec de jeunes collègues brésiliens, Antonino Ferro nous offre un nouveau développement de sa pensée clinique qui a déjà acquis dans notre communauté internationale une place de premier plan. Cette place, il la doit à la nécessité où se trouvent les psychanalystes de traiter des pathologies de plus en plus "limites", c'est-à-dire à distance du modèle classique de la névrose.
Dans cette ouverture à des modes de pensée étranges, pour ne pas dire étrangers (en apparence) à l'appareil psychique de l'adulte "non psychotique", Ferro a recours au travail de sonde dont parle Bion. Il fait "travailler" les modèles et les théories de Bion dans sa manière personnelle d'écouter le patient et de transmettre son écoute. Il en tire usage pour décrire et illustrer une démarche théorique et clinique qui porte sur les processus de transformation affectant les actes psychiques, actes de pensée ou représentations.

Devenir parent, naître humain - La diagonale du virtuel

Sylvain Missonnier



Paru le : 18/11/2009
Editeur : PUF
Collection : le fil rouge
Prix : 38 €

On nous parle d'une pratique particulière à la marine anglaise.
Tous les cordages de la marine royale, du plus gros au plus mince, sont tressés de telle sorte qu'un fil rouge va d'un bout à l'autre et qu'on ne peut le détacher sans tout défaire ce qui permet de reconnaître, même aux moindres fragments, qu'ils appartiennent à la couronne. - Goethe : Les Affinités électives. Depuis le baby-boom, la psychanalyse du premier âge explore la créativité et la vulnérabilité des liens postnatals entre parents et nourrisson.
Forte de cet héritage, il est temps maintenant qu'elle accueille " l'enfant virtuel " anténatal du troisième millénaire : sa majesté le bébé a vécu, vive le foetus-savant ! Ce foetus, " personne potentielle " mais " patient " à part entière du diagnostic anténatal, plonge parents et soignants dans une inquiétante étrangeté, tour à tour séductrice ou effrayante mais toujours fascinante et nostalgique.
Ce contexte de mutation anthropologique majeure est pour le psychanalyste une véritable corne d'abondance clinique et éthique ! Confronté aux avatars de l'épigenèse entre nidification parentale et nidation foetale, l'esquisse d'une véritable embryologie de l'intersubjectivité se dessine devant lui et lui donne l'occasion d'engager le débat des traces énigmatiques de la préhistoire liquidienne de la pulsion et de la relation d'objet.
La consultation thérapeutique anténatale lui offre la possibilité d'accueillir les versions aliénantes de ces empreintes primitives qui s'inscrivent en temps réel dans le corps de l'embryon puis du foetus et, après-coup, demeurent dans la partition biopsychique des humains. Mais finalement bien au-delà de la seule périnatalité, l'exploration de l'Atlantide intime donne au psychanalyste la précieuse opportunité d'envisager la virtualité du transfert et du cadre.

Résister à la servitude

Georges Zimra



Paru le : 18/11/2009
Editeur : Berg International
Collection : Dissonnances
Prix : 19 €

La question que posait Étienne de La Boétie dans son Discours de la servitude volontaire est plus que jamais d'actualité : " Pourquoi les hommes libres deviennent-ils esclaves ? Pourquoi le grand nombre est-il soumis au petit nombre ? Pourquoi le pouvoir de l'Un est-il plus grand que ceux des uns ? ".
De nos jours, le capitalisme a décloisonné les frontières et les cultures pour faire du monde un vaste marché, inaugurant une servitude inédite, car désirée, espérée, attendue. Un nouveau mal guette l'homme : celui de ne voir son avenir que dans ce qui est calculé, contrôlé, pesé, mesuré, évalué, calibré, répertorié, assigné à des pratiques homogénéisantes, livré à des machines neuronales, cognitives, économiques qui prétendent le définir et le déterminer pour le réduire en fin de compte à un homme quelconque, sans qualités.
Résister à la servitude, c'est reconnaître que l'homme est incommensurable, qu'il ne peut être ni évalué, ni chiffré, ni défini, ni adapté, pas plus qu'il ne peut être rendu à lui-même en le réduisant aux lois de la biologie, de l'économie de marché et de la démocratie d'opinion. La résistance est un esprit de dissidence, de dissonance au regard des discours dominants. Résister veut dire immédiatement, sans délai, rouvrir chaque lutte possible pour un monde à venir, parce que l'inaccomplissement de l'homme est essentiel au monde, c'est cela qui constitue son à-venir ; l'oublier c'est accepter d'être déterminé par toutes les lois qui restreignent sa liberté et son désir, qui pérennisent les servitudes.

mercredi 18 novembre 2009

La clinique lacanienne n°16

Des perversions. Versions du Père et clinique actuelle



Parution : décembre 2009
Edition : Erès
Prix : 25 €

Quel rôle peut encore jouer le signifiant « père » à l’époque où s’efface le patriarcat ? Vers cette question centrale convergent plusieurs articles du présent numéro de La Clinique Lacanienne. Ils cherchent à décliner quelques versions du père au temps postmoderne. Si la psychanalyse n’a rien à regretter de l’effondrement du patriarcat dans nos sociétés occidentales, il lui incombe par contre d’en mesurer les effets sur le sujet contemporain. Textes de S. Aparicio, S. Askofare, M.-C. Boons, C. Demoulin, C. Fierens, R. Gaboriau, C. Guendouz-Barbaras, J. Legaut, C. Melman, J. Pirard-Le Poupon, R. Pirard, C. Soler. Table ronde avec C. Demoulin, D.-R. Dufour, J.-P. Lebrun et R. Pirard.

Le désir d'enseigner. La conduite de la classe aux prises avec l'inconscient

Marie-Claude Baietto



Parution : novembre 2009
Editeur : l'Harmattan
Collection : Savoir et formation
Prix : 16,50 €

Quelle est la pratique d'un enseignant dans sa classe, son autorité, la conduite du groupe d'élèves ? Quelles conditions sont à mettre en oeuvre pour que des apprentissages puissent avoir lieu ? Quels savoirs, et quelles valeurs sont à transmettre dans le cadre de l'enseignement scolaire ? C'est à travers une pratique pédagogique particulière dans la mouvance dite non-directive que ces différentes questions sont abordées.

vendredi 13 novembre 2009

Un certain savoir sur la psychose. Virginia Woolf, Herman Melville, Vincent Van Gogh

Jacy Arditi-Alazraki



Parution : octobre 2009
Editeur : L'Harmattan
Collection : Psychanalyse et civilisations
Prix : 29 €

L'auteur s'est attachée à démontrer, par le biais de la littérature, comment les névrosés peuvent quelquefois témoigner d'une sorte de connivence avec la folie, ayant acquis à leur dépend un certain savoir sur la psychose. Une dizaine d'écrits dont le roman de Virginia Woolf Mrs Dalloway, la nouvelle de Melville Bartleby, les Lettres à Théo de Vincent Van Gogh illustrent divers aspects de la clinique, de l'éthique, et de l'esthétique de la psychanalyse.

mercredi 11 novembre 2009

La pensée interdite

Piera Aulagnier & Collectif



Parution : 12/11/2009
Editeur : PUF
Collection : Petite bibliothèque de psychanalyse
Prix : 12 €

- Qu'est-ce qui vous fait dire que votre femme est folle ? - Mais voyons, Madame, c'est évident, elle dit tout ce qui lui passe par la tête, toutes ses pensées.
C'est par ce dialogue que s'ouvre le texte de Piera Aulagnier Le droit au secret. C'est folie de dire tout ce qui passe par la tête, au mépris des convenances, de la logique, de la cohérence, de l'intérêt... Et pourtant, c'est ce à quoi invite la règle psychanalytique ! Si la rencontre entre la psychanalyse et la psychose est à la fois incertaine et dangereuse, c'est moins du fait de leur éloignement que de leur trop grande proximité.
La pensée du névrosé est interdite parce que le refoulement en bride l'expression et s'oppose à sa liberté. La pensée du psychotique est interdite, parce qu'elle est sidérée, annihilée, menacée d'être violée. " Celui qui ne saurait pas mentir à son analyste serait bien malade ", disait Bion. Mais pas plus que le mensonge, l'assurance du secret de la pensée, de la pensée inviolée ne sont donnés à tout le monde.
La psychanalyse, son appel à dire " tout ce qui passe par l'esprit ", peut-elle relever un tel défi ?

Autour de l'oeuvre de Raymond Cahn - Vers un nouvel espace psychanalytique

Marie-Claude Bal, Jacques Dufour, Madeleine Vermorel, Raymond Cahn



Parution : 12/11/2009
Editeur : In Press
Collection : 1 psychanalyste 1 oeuvre
Prix : 21 €

Figure marquante de la psychanalyse française, ancien président de la Société Psychanalytique de Paris, Raymond Cahn est l'auteur d'une oeuvre majeure.
Ses travaux sur la prise en charge des adolescents, des patients psychotiques, des états-limites ou des personnalités narcissiques ont largement influencé la psychanalyse au cours de ces dernières décennies. Ses recherches sur la subjectivation ont permis une avancée importante dans l'appréhension de la notion de sujet. Comment devient-on sujet ? La question du sujet est au centre des interrogations de l'adolescent.
La quête du sens et le projet que le sujet s'attribue à lui-même sont des éléments déterminants de sa stabilité psychique. Et la perte du sens est à l'origine de toutes les pathologies des adolescents, des états-limites et des psychotiques auxquels Raymond Cahn s'est intéressé. Novateur, R. Cahn l'est aussi dans ses réflexions sur le cadre psychanalytique, son extension et ses frontières ; thème auquel il a consacré son dernier livre : La fin du divan ? Réunis autour de Raymond Cahn, une quinzaine de psychanalystes présentent ses approches, discutent sa pensée et mettent en perspective son apport majeur à la psychanalyse contemporaine.

vendredi 6 novembre 2009

Vivre avec autrui... ou le tuer ! - La force de la haine dans les échanges humains

Charlotte Herfray



Paru le : 05/11/2009
Editeur : Erès
Collection : Hypothèses
Prix : 20 €

A la lumière de sa clinique, Freud reconnaît l'antériorité de la haine sur l'amour, mais aussi l'effort que nous avons à faire pour témoigner que l'altérité est notre destin ! Il s'agit bien de vivre avec autrui...
ou de le tuer ! Cet essai prend en compte la pertinence psychanalytique pour mettre en lumière l'inévitable force de la haine qui sous-tend les échanges humains. L'histoire de l'humanité semble bien être celle des vengeances, des jalousies et des crimes, comme Hérodote nous l'a raconté dans son Enquête. Ils sont souvent basées sur le " narcissisme des petites différences " comme Freud nous l'a enseigné.
Des idéologies comme celle du racisme (qui est un concept pertinent en zoologie) et celle de la hiérarchie entre les êtres et les cultures y trouvent leurs sources. Comment survivre dans un monde où le sujet méprisé est réduit à ses seules fonctions, où le capital écologique est dilapidé au détriment des générations futures ?

Le travail de l'Inconscient

Annie Anzieu



Paru le : 04/11/2009
Editeur : Dunod
Collection : psychismes
Prix : 59 €

Didier Anzieu a soutenu dans toute son oeuvre qu'" un travail de type psychanalytique a à se faire là où surgit l'inconscient : debout, assis ou allongé ; individuellement, en groupe ou dans une famille, partout où un sujet peut laisser parler ses angoisses et ses fantasmes à quelqu'un supposé les entendre et apte à lui en rendre compte ".
Partout où l'inconscient se manifeste dans son travail et dans ses oeuvres. Cet ouvrage rassemble des articles déjà publiés dans des revues, certains sont aujourd'hui introuvables, des chapitres d'ouvrages collectifs épuisés, des études inédites. La plupart de ces textes ont accompagné, pour les annoncer, les développer ou les commenter dans une reprise en après-coup, les livres personnels ou collectifs que Didier Anzieu a publiés de son vivant.
J'ai voulu faire de cette édition un outil de travail en regroupant ces textes en cinq grands Livres, et à l'intérieur de ceux-ci en parties qui abritent les études présentées par ordre chronologique. Chaque livre et chaque chapitre font l'objet d?une présentation et d'annotations destinées à mettre à la disposition du lecteur des documents sur le contexte des travaux de Didier Anzieu et sur les cheminements de sa recherche, l'architecture de l'ensemble indiquant autant de champs d'investigation ouverts aux nouvelles générations.

L'humour et la honte

Jean-Luc Donnet



Paru le : 21/10/2009
Editeur : PUF
Collection : le fil rouge
Prix : 35 €

L'humour est-il un antidote à la honte ? Sans doute, mais la question est trop simple et fait bon marché du rôle complexe du Surmoi.
Héritier du passé indélébile de l'enfance et de l'espèce, le Surmoi écrase de son ombre aliénante, menaçante ou protectrice, le Moi qui poursuit indéfiniment son travail d'appropriation de ce qui lui est légué. Pour Freud, " il représente le meilleur de ce que nous sommes devenus, mais il est aussi la source d'une grande part des maux dont nous souffrons. C'est du conflit entre le Surmoi et le Moi que naissent la honte et la culpabilité, l'humour et le sens de l'Idéal Après Le divan bien tempéré et La situation analysante, J.-L.
Donnet donne ici une série d'études cliniques et théoriques qui parcourent les chemins de la honte et de l'humour, tous hantés par le spectre du Surmoi, cette instance que Freud laisse en chantier mais qui constitue la clef de voûte de sa métapsychologie.