samedi 30 janvier 2016

Laurence Kahn et Patrick Mérot (dirs.) : Guy Rosolato, passeur critique de Lacan

PUF - Janvier 2016


L’œuvre de Lacan a irrigué toute la psychanalyse française, provoquant dissensions théoriques et conflits institutionnels. Guy Rosolato, quant à lui, a affirmé sa fidélité à toute une partie de l’héritage lacanien, constamment entrecroisée avec une rigoureuse référence à Freud. Ce travail de passeur est exploré par les différentes contributions d’auteurs venus d’horizons psychanalytiques et universitaires différents. Une grande place est donnée à ce qui a nourri l’œuvre de Guy Rosolato : la rencontre du surréalisme, l’inconnu, les cinq axes de la psychanalyse, le signifiant de démarcation.
Deux documents permettent d’élargir cette réflexion : un entretien de Raymond Bellour avec Guy Rosolato, ainsi qu’un texte que ce dernier a écrit à propos de la dégradation des œuvres d’art.
Comment se constitue l’identité d’un groupe et l’identité d’un sujet : ce thème, sous le titre ambigu et polysémique « Nous autres », fait l’objet d’un second ensemble d’articles, à quoi s’ajoute un article portant sur la langue « étrangère » de la psychanalyse.

Table des matières

Patrick Merot – Ouverture
Dominique Suchet – Introduction
Vladimir Marinov – Le changement de perspective dans l’esthétique et la pratique du collage : « Le signifiant de démarcation foisonne. »
Jacqueline Chénieux-Gendron – Un troisième homme
Jean-Michel Hirt – Roso/Artaud : l’envers du psychanalyste
Jean-Claude Stoloff – Les cinq axes de la psychanalyse : un outil critique pour le psychanalyste
Paul-Laurent Assoun – L’objet inconnu du symbolique : Rosolato vs Lacan
Patrick Merot – Insistance du signifiant

Documents
Guy Rosolato – Notes psychanalytiques sur le vol et la dégradation des œuvres d’art (1974)
Raymond Bellour et Guy Rosolato – Entretien

« Nous autres » : Entretiens de psychanalyse, décembre 1914
Dominique Clerc – Introduction
Jean-Claude Rolland – L’un et l’autre sexe : un effet de miroir
Bruno Karsenti – Nous autres, un peuple ?

Travaux
Dominique Blin – Une langue venue de Vienne

acheter ce livre

Jean-Richard Freymann et Michel Patris : Du délire au désir. Les dix propriétés de la clinique analytique

Erès - Janvier 2016 - Collection : Hypothèses


Il s'agit, à partir d'enseignements faits à la faculté de psychologie de Strasbourg, de mettre en place les grandes entités cliniques autour des névroses, des psychoses et des perversions. Véritable outil de formation professionnelle pour tous les psys, cet ouvrage propose de nouvelles voies thérapeutiques à partir de la lecture psychanalytique. Sont mis en valeur les effets de la cure psychanalytique non seulement sur les névroses mais aussi sur les psychoses et dans le cas de scénarios pervers. Dans un style vivant, les deux enseignants croisent leurs discours, ce qui ouvre de nouvelles questions par rapport à la clinique, notamment psychiatrique.

acheter ce livre

jeudi 28 janvier 2016

Jean Louis Sous : Pas très catholique, Lacan ?

Epel - Janvier 2016 - Essais


Dénonciations, reprises, détournements, résurgences, connivences et ricanements... Jacques Lacan n'a cessé d'en découdre avec le catholicisme. Exemple : "Sachez que le sens religieux va faire un boom dont vous n'avez aucune espèce d'idée. Parce que la religion, c'est le gîte originel du sens. J'essaie d'aller là contre, pour que la psychanalyse ne soit pas une religion, comme elle y tend, irrésistiblement". A le suivre de près dans ce parcours de toute une vie, Jean-Louis Sous laisse entrevoir un Lacan pas très catholique. Quoique.

Jean-Louis Sous exerce la psychanalyse à Angoulême. Il a déjà publié chez Epel L’Enfant supposé (2006), et Nicolas de Staël. Portées d’un acte (2015) ; aux Cahiers de l’Unebévue Les P’tits Mathèmes de Lacan (2000), à L’Harmattan Prendre langue avec Jacques Lacan (2013) ; au Bord de l’eau L’Equivoque interprétative (2014), ainsi que deux cédéroms : Lacan et la peinture (2007) et Oedipe (2009).

acheter ce livre

Carol Duflot : L'art-thérapie en soins palliatifs. L'entre-temps

Erès - Janvier 2016 - Collection : Trames


Entrevoir la fin de vie autrement par la création accompagnée. Dans notre dernière phase de vie, tout semble vain et terminé. La personne malade va mourir. Son équilibre psychique et ses repères vont en être bouleversés. Comment, dans cette ultime étape, le patient va-t-il faire face et intégrer l'idée de la mort ? La rencontre avec la création peut offrir au patient un détour par l'imaginaire, un temps d'expression intime soutenu par l'art-thérapeute. De personne à personne, d'inconscient à inconscient, le patient amorce petit à petit un travail de deuil mêlant le mourant et le vivant.

Carol Duflot est art-thérapeute, artiste peintre. Après 15 ans passés dans un service de soins palliatifs, elle exerce actuellement en accueil de jour Alzheimer et en résidence temporaire pour personnes âgées ou en difficultés sociales. Elle intervient dans des organismes de formations, des congrès et des institutions.

acheter ce livre

mercredi 27 janvier 2016

Roland Chemama, Christiane Lacôte-Destribats, Bernard Vandermersch : Le métier de psychanalyste

Erès - Janvier 2016 - Collection : Humus


Les interrogations sur le métier de psychanalyste sont nombreuses. Quelle peut ou doit être sa formation ? Quel est son rapport avec la médecine (mais aussi avec la psychologie ou la philosophie) ? Qu'en est-il du contre-transfert ? Du désir de l'analyste ? Peut-on, selon le voeu de Ferenczi, parvenir à une "métapsychologie des processus psychiques de l'analyste" ? Doit-on d'ailleurs viser à cela ? Jusqu'à quel point les formes de son action peuvent-elles varier, en fonction de la singularité des cas, de la mutation des discours sociaux, de l'apparition de nouvelles pathologies ? Plus encore que la psychanalyse d'un point de vue idéal, c'est le psychanalyste au travail, dans sa pratique quotidienne, que questionnent les auteurs. Leur perspective n'est pas méta-psychanalytique. Ils n'adoptent pas une position de surplomb qui les ferait théoriser, de l'extérieur, sur leur métier. Au contraire, ils montrent que la pratique analytique elle-même ne se soutient que de la position que prend l'analyste par rapport à son acte et d'un désir qui se remet toujours en question.

acheter ce livre

Kostas Nassikas (dir.) : Autorité et force du dire

Presses Universitaires de France - Janvier 2016 - Collection : Monographies de la psychiatrie de l'enfant


L'autorité se situe à l'intérieur du dire ; elle donne à celui-ci sa dimension d'effectivité qui lui permet de se transformer en actes. C'est l'échec de l'autorité qui mène à l'usage de la contrainte et de la violence. Le modèle de l'autorité qui vient d'une hiérarchie préétablie (rapports familiaux. éducatifs ou entres "spécialistes" et "clients ") est un modèle erroné. L'autorité prend son plein sens dans les rapports entre adultes libres et égaux. La force du dire qui amène à la conviction et, quand il le faut, à sa transformation en actes, est peu liée à la tendance subjective, héritée de l'enfance, à déléguer une fonction de pouvoir à une figure paternelle ou parentale. C'est la présence invisible des "garants" dans le dire du locuteur qui donne à celui-ci son statut d'autorité. Autrement dit, le dire, qui dégage une notion d'autorité, laisse entendre que les places des différentes parties présentes sont reconnues et respectées. Ce dire peut ainsi devenir effectif et se transformer en actions concernant le vivre ensemble et le bien commun, là où chacun peut prendre plaisir dans sa vie en tant que membre d'une pluralité. Les angles des psychanalystes, des philosophes, des sociologues, des spécialistes en sciences de l'éducation et des poètes, qui participent à cet ouvrage, enrichissent et approfondissent notre compréhension de la notion de l'autorité.

Kostas Nassikas est psychanalyste, membre de l'Association psychanalytique de France, responsable médical de la Maison des adolescents du Rhône et chargé de cours en psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent à l'université Lyon-1.

acheter ce livre

mardi 26 janvier 2016

Jean Allouch : L'Autresexe

Epel - Janvier 2016 - Essais


Freud avait posé les préliminaires. Seul, cependant, à énoncer son « Il n’y a pas de rapport sexuel «, Jacques Lacan n’a pu s’y autoriser qu’en distinguant un registre inédit du sexuel, différent de ce que les analystes (lui inclus) avaient jusque-là exploré : complexes, stades, pulsions, fantasmes, phallus, objets partiels, petit a, plus-de-jouir, etc. Là où fait défaut le rapport sexuel, les partenaires sont autant de personnages comme de théâtre d’un Autre inexistant : femme, vierge, hystérique, homme, vir, virgo, dame, bonhomme, bonne femme, auxquels on joindra, avec Michel Foucault, le maître antique, les femmes, le garçon et l’épouse. Rendu présent par leur entremise, c’est à chaque fois de l’Autre pris en corps qu’il s’agit, de l’Autre sexe. Réaliser qu’il n’y a avec lui pas de rapport sexuel qui puisse s’écrire relève d’une expérience traumatisante. C’est pourtant là que, selon Lacan, chacun a rendez-vous avec sa liberté.

acheter ce livre

Olivier Bouvet de la Maisonneuse : Narcisse et Œdipe vont à Hollywood. Psychanalyse et dépression

Odile Jacob - Janvier 2016


La dépression est une maladie singulière dont la réalité échappe souvent à ceux qui ne l’ont pas expérimentée. Comment l’appréhender, comment mieux la comprendre pour la surmonter ?
La démarche du docteur Olivier Bouvet de la Maisonneuve, psychanalyste et psychiatre, est originale. Dans cet ouvrage, il dévoile les ressources de la psychanalyse et montre comment elles peuvent parfois aider à faire face à la dépression. Les mythes fondateurs, Œdipe, Narcisse, les témoignages de patients, mais aussi l’interprétation d’œuvres de cinéma constituent un remarquable vivier de situations à déchiffrer qui peuvent contribuer à comprendre ce qui se joue dans la maladie et donner l’idée de ce qu’il est possible de créer pour s’affranchir de la douleur. Car, pour guérir, n’est-il pas vital de retrouver le sens et la force de la créativité ?
Dépression et créativité : une nouvelle approche pour comprendre et guérir.

Olivier Bouvet de la Maisonneuve, psychanalyste exerçant à Paris, membre des Séminaires psychanalytiques de Paris, est également médecin psychiatre, praticien hospitalier dans le service hospitalo-universitaire de l’hôpital Sainte-Anne et de l’université Paris-Descartes, où il se partage entre consultations et enseignement.

acheter ce livre

lundi 25 janvier 2016

Scilicet (Collectif) : Le corps parlant. Sur l'inconscient au XXIe siècle

La Cause Freudienne - Janvier 2016 - Collection : Rue Huysmans


"Qu'est-ce qu'un corps parlant ? Le propre de l'humain ! Le terme "parlant" n'est pas ici un adjectif qui viendrait compléter un substantif défini au préalable, le corps, en lui ajoutant la capacité de parler. L'erreur commune de la psychologie est de penser que la parole est une fonction cognitive du corps, un acquis, bien qu'elle soit soutenue de manière innée en une structure profonde de l'organisme. Il n'en est rien. Ni la parole ni le langage ne sont réductibles à des fonctions cognitives car, pris comme fonctions organiques, ils dépendent a priori de la relation du sujet au signifiant, à la structure du langage qui le précède, en tant que corps et en tant qu'être qui parle. De fait, la langue ne s'apprend pas, elle se transmet à partir d'une expérience de jouissance qui touche au corps. Dans l'expression le corps parlant, "parlant" est un participe présent, équivalent parfois au gérondif, un participe actif. Il ne s'agit pas de doter un être existant de la propriété de parler. Cet être n'est être que dans la mesure où il parle, comme l'énonce Lacan. Notons aussi que, dans son rapport avec l'inconscient, cet être ne parvient à avoir un corps que dans la mesure où il est parlé par l'Autre." Miquel Bassols. Les psychanalystes de l'Association mondiale de psychanalyse accueillent un par un les corps vivants mis à mal par l'égarement ou la débilité forcée des discours dans lesquels ils baignent. Dans cet ouvrage qui emprunte sa forme au dictionnaire, ils décantent leur expérience pour faire résonner le corps parlant : Anatomie, Androgynie, Cosmétique, Exhibition, Inconscient lacanien, Jouissance, Obésité, Maltraitances, Pornographie, Ségrégation, Selfie... La psychanalyse tend à rendre possible pour chacun l'invention, selon sa singularité, d'une alliance entre son corps et les ressources de la parole contre le pire.

acheter ce livre

Domenico Chianese et Andreina Fontana : Imaginons. Le visible et l'inconscient

Les Éditions d'Ithaque - Janvier 2016


Platon aurait séparé, dans un geste inaugural, l'image et l'idée, le corps et l'âme, infligeant ainsi une blessure métaphysique au coeur de la pensée occidentale, blessure qui marquera la pensée psychanalytique elle-même. Freud nous dit en effet que les images doivent être traduites en mots. Mais il nous montre aussi comment des mots deviennent des images. Aurions-nous alors affaire à un pacte mutuel de réversibilité, dans lequel, émergeant du fond de nos obscures tensions psychiques, mot et image se relaieraient sans heurts ni restes ? Or les images de l'iinconscient visuel semblent se décomposer, se recomposer, se déplacer, s'interpénétrer au gré des forces qui les font surgir. Ne craignant pas la contradiction, elles se jouent de la pensée consciente. En ce sens, elles déconstruisent le discours et bravent toute alliance entre signification et désignation, entre signification et figuration. Quelle place dès lors accorder aux images dans la vie psychique et, plus précisément, dans le processus analytique ? Comment utiliser l'espace de la cure s'il nous faut le considérer non plus seulement comme un champ structuré par le langage mais aussi traversé et bouleversé par des images visuelles réfractaires à tout vocabulaire ? Dans cet ouvrage richement illustré, Domenico Chianese et Andreina Fontana, psychanalystes italiens, nous invitent à un voyage dans le monde des images. À partir de Freud, en compagnie d'auteurs comme Lacan, Bion, Aulagnier, Pontalis, Merleau-Ponty ou Foucault, mais surtout en se laissant guider par Didi-Huberman et Gombrich dans l'univers iconique d'Aby Warburg, ils associent librement leurs idées et leurs lectures, et plaident en faveur d'un ;tournant iconique au sein de la pensée psychanalytique. Traduit de l'italien.

Domenico Chianese est psychanalyste, membre de la Société psychanalytique italienne, qu'il a présidé entre 2001 et 2005. Auteur de différents essais psychanalytiques, il a notamment publié Costruzioni e campo analitico (Borla, 1977), Un lungo sogno (Franco Angeli, 2006) et Come le pietre e gli alberi : Psicoanalisi ed estetica del vivere (Alpes Italia, 2015). Il vit et travaille à Rome. Andreina Fontana est psychanalyste membre de la Société psychanalytique italienne. Elle a co­dirigé, avec Domenico Chianese, l'ouvrage collectif Per un sapere dei sensi : Immagine ed estetica psicoanalitica (Alpes Italia, 2012). Elle vit et travaille à Rome. Imaginons est leur premier ouvrage publié en français.

acheter ce livre

dimanche 24 janvier 2016

Jean-Richard Freymann (dir.) : Les entretiens préliminaires à une psychanalyse

Erès - Janvier 2016 - Collection : Hypothèses


L’expression « Entretiens préliminaires » peut induire en erreur. La qualification de « préliminaire » pourrait signifier qu’il s’agit d’une préparation à une autre chose considérée comme plus importante. Il n’en est rien. Au contraire, nous avons là le marchepied qui permet de pénétrer dans la cure analytique. C’est souvent l’échec ou le succès de ce premier temps qui va conditionner l’entrée dans le discours analytique.
À quel moment peut-on se dispenser de la position de face à face pour passer sur le divan ? Quelles sont les conditions de ce passage du langage commun à la situation analytique, où ce n’est plus à l’alter ego que l’on s’adresse mais à un lieu Autre qui peut devenir constituant ?
Les auteurs, psychanalystes confirmés, apportent leurs témoignages et leurs élaborations sur ce premier temps délicat où se décident les indications et les contre-indications à la psychanalyse. Ils montrent en quoi ces entretiens, qui se différencient des entretiens médicaux, des psychothérapies, des approches psychologiques, constituent une introduction à la logique de l’inconscient.

Jean-Richard Freymann est psychanalyste, psychiatre de formation, chargé d'enseignement à l'université Louis-Pasteur de Strasbourg. Il est le président de la Fedepsy (Fédération européenne de psychanalyse), directeur de l'Ecole psychanalytique de Strasbourg et directeur scientifique des éditions Arcanes.

acheter ce livre