lundi 29 février 2016

Dossia Avdelidi : La psychose ordinaire. La forclusion du Nom-du-Père dans le dernier enseignement de Lacan

PU Rennes - Février 2016 - Clinique psychanalytique et psychopathologie


Ce livre propose d'examiner l'incidence du dernier enseignement de Lacan sur la forclusion du Nom-du-Père. Avec ce concept, Lacan signale en 1958 " le défaut qui donne à la psychose sa condition essentielle, avec la structure qui la sépare de la névrose ". Or, à cette période, pour Lacan le Nom-du-Père désignait l'Autre de la loi, il était l'Autre de l'Autre. Dans le dernier enseignement le statut de l'Autre change, il devient barré et avec lui le Nom-du-Père, comme support de la loi, est mis en question. Il se pluralise, il devient substituable dans sa fonction qui n'est autre que celle de nommer à. On passe ainsi à l'au-delà de l'OEdipe et le Nom-du-Père est réduit à une fonction de nomination du réel. Il n'est qu'un sinthome qui lie le réel, le symbolique et l'imaginaire. Par conséquent, la notion de forclusion se déplace aussi. D'un côté, la forclusion généralisée -forclusion structuraledésigne le trou auquel tout un chacun est confronté, de l'autre la forclusion restreinte -forclusion psychotiquedésigne soit le dénouage du noeud borroméen, soit un nouage qui n'est pas borroméen. Le fait que le Nom-du-Père peut être substitué dans sa fonction a eu des conséquences cliniques. Les versions non standard du Nom-du-Père amènent plusieurs sujets psychotiques à se soutenir dans le monde sans l'appui classique du Nom-du-Père et sans présenter de troubles manifestes. La psychose ordinaire -l'entité clinique qui ne présente pas de phénomènes psychotiques indubitables mais qui n'a rien de névrotique non plus- en constitue la conséquence clinique majeure.

Théodosia Avdelidi est psychanalyste, membre de la NLS et de l'AMP. Ce livre est issu d'une thèse de doctorat en psychanalyse, soutenue à l'université de Paris 8.

acheter ce livre

mercredi 24 février 2016

Jérôme Boutinaud (dir.) : Image du corps. Figures psychopathologiques et ouvertures cliniques

In Press - Février 2016 - Collection : Ouvertures psy


Comment investissons-nous notre corps ? Comment, dès la naissance et tout au long de notre vie, l'habitons-nous ? Quelles représentations nous en faisons-nous ? A mi-chemin entre le somatique et le psychique, la notion d'image du corps amène à s'intéresser à ce que le sujet se " raconte " sur son propre corps, bien au-delà de l'éprouvé sensori-moteur, inconsciemment et consciemment et en lien avec sa propre histoire. L'image du corps dans l'autisme, la psychose, les états limites, dans les troubles alimentaires, la névrose... chez l'enfant, l'adolescent ou l'adulte... chacun des auteurs de cet ouvrage aborde une pathologie et s'attache à la manière dont la notion d'image du corps s'y incarne. Eléments théoriques et illustrations cliniques éclairent les ratés, aléas, hiatus plus ou moins mortifères qui peuvent toucher la construction de cette composante du psychisme humain. Enfin chaque auteur ouvre des pistes thérapeutiques. Un ouvrage qui intéressera tout clinicien.

Ce livre est mené sous la direction de Jérôme Boutinaud, psychomotricien, psychologue clinicien, maître de conférences en psychologie clinique (Université Paris V René Descartes), membre titulaire du laboratoire PCPP (EA 4056), co-rédacteur en chef de la revue Thérapie psychomotrice et recherches.

acheter ce livre

Guy-Félix Duportail : Existence et psychanalyse

Editions Hermann - Février 2016


Quelle est la contribution de la psychanalyse à la question du sens de l'existence ? Se résume-t-elle au complexe d'OEdipe ? Le freudisme a-t-il sacrifié le désir d'être au profit de quelques désirs premiers, comme le pensait Sartre ? A partir du dernier Lacan, Guy-Félix Duportail montre que notre existence ne s'anime pas selon la visée d'un sens ou d'un projet, mais en fonction d'un trou. Un trou tourbillonnaire qui finit par former un noeud. Notre rapport au monde est topologique, donc tordu. Ce nouage ne devient cependant notre schéma de vie personnel qu'à la faveur d'une " épreuve " à chaque fois singulière, au cours de laquelle nous devons dénouer et renouer le noeud toujours quelque peu raté au principe de notre être. Le désir d'être se manifeste alors à travers la répétition de cet acte de naissance topologique. Le sujet de l'inconscient devient l'être-pour-le-nom, dans une sorte de baptême topologique en deux temps. Il ne nous suffit donc pas d'avoir été conçu pour exister, il nous faut encore accomplir un choix en faveur de notre existence.

Guy-Félix Duportail est maître de conférence à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, où il anime le séminaire "Philosophie et psychanalyse".

acheter ce livre

Madeleine Davis et David Wallbridge : Winnicott. Introduction à son oeuvre

PUF - Février 2016 - Collection : Quadrige


En s'appuyant sur les écrits parfois inédits de Winnicott, les auteurs présentent les principaux aspects de sa théorie du développement individuel et montrent comment il a contribué à expliquer la signification de l'enfance dans l'ensemble de la vie humaine, tout en donnant un aperçu de sa façon de travailler. Cet ouvrage est une excellente introduction pour se familiariser avec l'oeuvre d'un homme dont la conviction profonde était que " pour tout individu, la vie peut être créatrice et intéressante ". Un glossaire des mots et expressions ainsi qu'une bibliographie le complètent utilement.

Donald Winnicott (1896-1971) était pédiatre et psychanalyste. Il fut membre de la Société britannique de psychanalyse dont il assura la présidence de 1956 à 1959 puis de 1965 à 1968. Cet ouvrage est rédigé par Madeleine Davis, amie de Winnicott et membre du Winnicott Publications Committee, dont le but est de diffuser l'oeuvre et la pensée d'un praticien dont l'influence est toujours grande, et par David Wallbridge, psychiatre et psychanalyste d'enfants.

acheter ce livre

dimanche 21 février 2016

Albert Le Dorze : La Chair et le Signifiant

L'Harmattan - Février 2016 - Psychanalyse et civilisation


« Tout est langage » martèle la French Theory. Le signifiant veut ignorer tout ancrage corporel. S'agirait-il d'effacer Darwin et l'animal en l'homme ? L'eugénisme et le colonialisme ne seraient que les conséquences inéluctables de la théorie psychiatrique de la dégénérescence. Autant parler de nazisme. Pourtant les « biocrates » pouvaient être progressistes. Le concept de développement doit-il, à l'identique, être condamné par la psychanalyse ? Les individus postmodernes, qui veulent augmenter la vie, qui ne conçoivent plus la mort de la chair, veulent supprimer le hasard, se préoccupent-ils encore de cet inconscient purement langagier ?

acheter ce livre

vendredi 19 février 2016

Gregorio Kohon : Des tanières & des terriers. Les refuges de la psyché chez Louise Bourgeois et Franz Kafka

Éditions d'Ithaque - Janvier 2016


En 1993, John Steiner proposait le concept de « psychic retreat » pour décrire les recoins intrapsychiques protégés où le sujet trouve refuge en cas de grande détresse. Selon lui, « ces systèmes défensifs sont le fait de véritables organisations pathologiques de la personnalité », que ceux-ci s organisent chez des patients psychotiques, états-limites ou névrosés. Dans cet essai, Gregorio Kohon prend le contre-pied du point de vue psychopathologique de Steiner et explore les potentialités créatrices de ces retraits en soi en compagnie de deux artistes majeurs du XXe siècle : Louise Bourgeois et Franz Kafka. Des abris émancipatoires de la première aux terriers fortifiés du second, l'auteur s'invite dans les tréfonds de la vie psychique, à l'intérieur de ces « refuges » où l'élan créateur convole avec les angoisses archaïques de l'artiste. L'occasion de (re)découvrir dans une nouvelle perspective des uvres comme « Maman », « la Femme Maison », la série des « Lair » (Bourgeois), « Le Terrier », « Le Chasseur Gracchus » (Kafka), mais aussi des textes de Shakespeare, Borges, Muñoz, Lacan et Freud. Véritable odyssée dans l'inquiétante étrangeté, cet essai réaffirme, sans les confondre, la formidable complicité entre l'art et la psychanalyse pour la compréhension de l'âme humaine. 

Gregorio Kohon est psychologue clinicien, psychanalyste et membre formateur de la Société britannique de psychanalyse. Auteur de différents essais et ouvrages psychanalytiques, il a fait notamment paraître sous sa direction « The British School of Psychoanalysis. The Independent Tradition » (FAB, 1986) et « Essais sur la mère morte et l'oeuvre d'André Green »; (Ithaque, 2011). Il a écrit, avec André Green, « Love and Its Vicissitudes » (Routledge, 2005). Né en Argentine, il vit et travaille à Londres.

acheter ce livre

mercredi 17 février 2016

Jean-Jacques Gorog : Dire que non. Quelques remarques sur le transfert

Editions Hermann - Février 2016 - Collection : Psychanalyse


Y croire, le croire, la croire (La femme), puis ne pas croire, ne croire en rien, ou encore croire absolument. La langue offre bien des nuances sur le mode de croire, et l'exercice de la psychanalyse tente de les mettre en valeur. Le psychanalyste s'appuie pour cela sur quelque chose qu'il s'agit de prendre au sérieux, que Lacan appelle le semblant et qu'il traite sous toutes les facettes en en faisant un concept clé. Si l'analyste est un semblant, " semblant d'objet ", ce n'est pas pour en réduire la fonction. Il s'agit bien de la préciser dans sa relation à l'analysant, ce qu'on appelle le transfert, tout en rectifiant une imagerie trompeuse et quelque peu pesante. Mais que serait ce semblant sans la possibilité offerte à l'analyste d'une réponse qui ne soit pas le silence absent ? La négation est l'outil que lui fournit la langue et Lacan prend comme modèle d'un OEdipe moderne une autre trilogie, celle de Claudel, avec le " non " de Sygne de Coûfontaine, radical, répondant d'une éthique moderne, d'un " ne pas céder sur son désir ", à distinguer de celui d'Antigone. Il va de soi que ce " dire que non " qui vaut pour le psychanalyste vaut dans bien d'autres domaines.

Jean-Jacques Gorog est psychanalyste, psychiatre, analyste membre de l'Ecole de psychanalyse des forums du champ lacanien, président du Collège clinique du Sud-Est.

acheter ce livre

mardi 16 février 2016

Roland Gori : Faut-il renoncer à la liberté pour être heureux ?

Actes Sud Editions - Février 2016 - Collection : Babel


La promesse de bonheur faite aux peuples et aux individus constitue, à l'instar des religions et des idéologies, un opium qui les prive de leur liberté. En les berçant avec la vieille chanson de l'abondance et du bien-être, en les insérant toujours plus dans des réseaux de surveillance et de contrôle au motif de les protéger des risques et des dangers, le pouvoir démocratique contraint les citoyens à abandonner leurs libertés publiques au profit de l'automatisme des procédures. Les nouvelles technologies installent et légitiment un système politique et culturel qui menace la démocratie et favorise l'impérialisme du marché. 
L'auteur montre comment jour après jour la quantité décide de la qualité. Au nom du bonheur et de la sécurité auxquels les individus aspirent, le pouvoir prescrit un mode d'emploi du vivant qui substitue à la culpabilité fondatrice du lien social, la dépendance à la rationalité des instruments numériques et des procédures normatives. L'ouvrage soutient que la technique disculpe, qu'elle ne requiert que son exécution, sans états d'âme. Quand la culpabilité passe à la trappe, c'est l Autre qui disparaît et notre liberté de désirer. 
En politique comme en psychanalyse un sujet ne saurait exister sans parole, sans autrui. Les changements qui se sont accomplis en psychiatrie depuis une trentaine d'années, constituent un bon exemple de la crise des valeurs qui menace l humanité dans l'homme : les modes d'emplois et les grilles d'évaluation statistiques ont remplacé le dialogue clinique et les récits de vie. 

Roland Gori est professeur émérite de psychopathologie clinique à l'université d Aix Marseille et psychanalyste, initiateur en 2009 de l'Appel des appels. Auteur de nombreux ouvrages parmi lesquels : La Fabrique des imposteurs, La Dignité de penser, De quoi la psychanalyse est-elle le nom ?, La Santé totalitaire.

acheter ce livre

Christine Delory-Momberger : Eprouver le corps. Corps appris, corps apprenant

Erès - Février 2016


C'est à travers diverses expériences singulières du corps qu'est mise en avant la subjectivité d'un être corporel et charnel qui " éprouve " et qui " apprend " le monde, les autres et lui-même dans son corps. La corporéité apparaît comme une dimension essentielle des processus de construction du sujet au sein de l'espace social. Dans l'expérience que le corps fait de lui-même et du monde s'originent et s'inscrivent tous les procès de formation et d'apprentissage, formels et informels, expérientiels et intellectuels. Le corps est appris et il apprend. C'est de cette dimension originaire du corps et de ses expériences dans la formation et les apprentissages que voudrait rendre compte cet ouvrage collectif.

Christine Delory-Momberger est professeur en sciences de l'éducation à l'université Paris 13 Sorbonne Paris Cité. Elle est directrice de la revue Le sujet dans la Cité. Revue internationale de recherche biographique et présidente du Collège international de recherche biographique (CIRBE).

acheter ce livre

samedi 13 février 2016

Catherine Millot : La vie avec Lacan

Gallimard - Février 2016 - Collection : L'infini


" Il fut un temps où j'avais le sentiment d'avoir saisi l'être de Lacan de l'intérieur. D'avoir comme une aperception de son rapport au monde, un accès mystérieux au lieu intime d'où émanait sa relation aux êtres et aux choses, à lui-même aussi. C'était comme si je m'étais glissée en lui. Ce sentiment de le saisir de l'intérieur allait de pair avec l'impression d'être comprise au sens d'être toute entière incluse dans une sienne compréhension, dont l'étendue me dépassait. Son esprit - sa largeur, sa profondeur -, son univers mental, englobaient le mien comme une sphère en contiendrait une plus petite. J'ai découvert une idée semblable dans la lettre où Madame Teste parle de son mari. Comme elle, je me sentais transparente pour Lacan, convaincue qu'il avait de moi un savoir absolu. N'avoir rien à dissimuler, nul mystère à préserver, me donnait avec lui une totale liberté, mais pas seulement. Une part essentielle de mon être lui était remise, il en avait la garde, j'en étais déchargée. J'ai vécu à ses côtés pendant des années dans cette légèreté. "

Ecrivain et psychanalyste, Catherine Millot est l'auteur de cinq livres parus dans la collection " L'Infini " aux Editions Gallimard : La vocation de l'écrivain (1991), Gide Genet Mishima (1996), Abîmes ordinaires (2001), La vie parfaite (2006), O Solitude (2011, Folio n° 5541).

acheter ce livre

lundi 8 février 2016

Jean-Pierre Basclet : Pas si loin l'un de l'autre. Freud et Alzheimer, correspondance imaginée

Fauves - Décembre 2015


On sait peu que Freud et Alzheimer furent contemporains. Se sont-ils jamais rencontrés ? A travers cette singulière correspondance fictive, ou essai épistolaire, Jean-Pierre Basclet livre une véritable réflexion sur la place de la psychanalyse dans le champ de la médecine, doublée d un exercice littéraire jubilatoire. A moins que ce ne soit l inverse...

acheter ce livre

Elisabeth Darchis (dir.) : Gérard Decherf. Un pionnier de la psychanalyse de groupe, de couple et de famille

In Press - Janvier 2016 - Collection : 1 psychanalyste 1 oeuvre


Gérard Decherf est l’un des pionniers de la psychanalyse familiale. Psychanalyste, membre adhérent à la Société Psychanalytique de Paris, il a été l’un des initiateurs des théorisations sur la psychanalyse familiale en France dès les années 1970-1980. Ses travaux ne cessent de révéler leur apport opérant pour le traitement des souffrances familiales. Cet ouvrage rassemble les contributions de nombre de ceux qui ont croisé sa route. Personnalité généreuse, sensible et passionnée, «ouverte aux autres de par nature» : c’est d’abord cette capacité à la rencontre, cette empathie et ce rayonnement chaleureux qui marquent ces témoignages. L'ouvrage retrace son parcours, les grands axes de sa recherche, de ses intuitions, de ses travaux collectifs et de son oeuvre, mais également de ses amitiés et de son engagement dans la création des premières sociétés de psychanalyse du groupe, du couple et principalement de la famille. Enseignant, formateur, c’est le portrait d’un véritable explorateur de la souffrance familiale qui se dessine à la lecture de ce livre. Celui d’une grande figure de la psychanalyse groupale et familiale.

Elisabeth Darchis est psychologue clinicienne, Psychanalyste de famille, couple et groupe. Elle est aussi membre STFPIF (ancienne présidente), SFTFP, AIPCF, SFPPG, AFCCC, AENAMT (vice-présidente). Elle est également responsable pédagogique d’un DU à Paris 7. Elle a travaillé 30 ans en périnatalité à l’AP/HP

acheter ce livre
.

jeudi 4 février 2016

En-Je Lacanien n° 25 : L'angoisse, le miroir et l'objet a

Erès - Janvier 2016


A travers le séminaire de 1962-63, consacré à l’angoisse, Lacan construit la topologie de l’objet insaisissable au miroir. Quelle en est l’opérativité dans une psychanalyse ? Ce numéro reconsidère la place de l’angoisse dans l’enseignement de Lacan et son incidence dans la cure, et revient sur ce que Lacan a considéré comme son invention, l’objet qu’il écrit a, dont seule la topologie permet d’appréhender la spécificité et qui rend raison de bien des questions de la clinique analytique tout en livrant une solution à l’impasse freudienne du roc de la castration.

> sommaire (pdf)

acheter ce livre

Christophe Dejours et Felipe Votadoro (dirs.) : La séduction à l'origine. L'oeuvre de Jean Laplanche

Presses Universitaires de France - Février 2016


A partir de 1960 et de sa contribution (avec Serge Leclaire) au colloque de Bonneval sur l'Inconscient, Jean Laplanche va développer une pensée psychanalytique affranchie de toute allégeance, qui ne cède en rien aux effets ni à la fascination de la mode, voire s'affirme à contre-courant. " Aller à contre-courant " signifiait, pour Jean Laplanche, rester au plus près de l'exigence qui anime les praticiens de l'analyse, exigence dont il fallait rendre compte jusque dans la théorie même. Dans son rapport à l'héritage freudien, il s'agissait de "remettre Freud au travail, de faire travailler (grincer éventuellement) son oeuvre, en travaillant avec elle". C'est cette même " méthode " qui est ici appliquée à l'oeuvre de Jean Laplanche. Entre séduction et inspiration, entre étayage et primat de l'autre, entre "sexual" et genre, entre énigme et traduction, les Nouveaux fondements proposés par Jean Laplanche semblent de façon croissante retenir l'attention de penseurs venant des horizons les plus divers.

acheter ce livre

mercredi 3 février 2016

Gérard Bazalgette : La folie et la psychanalyse

Campagne première - Février 2016 - Collection : Recherche


La psychanalyse a renouvelé la compréhension de la folie. Afin de nous faire saisir la spécificité de l’approche psychanalytique, Gérard Bazalgette, grâce à sa grande culture, nous entraîne dans l’histoire de la psychiatrie, depuis Hippocrate jusqu’à l’invention de la psychose. Il souligne une opposition entre causalité morale et causalité psychique, reprise de façon révolutionnaire par la psychanalyse. En s’appuyant sur la littérature (William S Burroughs et Sarah Kane), sur les travaux de psychanalystes (Melanie Klein, Piera Aulagnier, Jacques Lacan...), et avant tout sur sa propre clinique, l’auteur porte un regard nouveau sur les concepts d’originaire, de fantasme, d’identification projective. Il propose ainsi une théorisation inédite aussi bien de la sublimation que de l’hystérie, la mélancolie, les régressions autistiques et les délires persécutifs. Par ce travail original, Gérard Bazalgette met en évidence l’abord constamment novateur de la folie par la psychanalyse.

Gérard Bazalgette est psychiatre et psychanalyste, ancien président du Quatrième Groupe (Organisation psychanalytique de langue française). Il est l’auteur de nombreux articles parus notamment dans la revue Topique et dans les Actes du Quatrième Groupe. Il a publié La Tentation du biologique et la psychanalyse (Erès, 2006).

acheter ce livre

Klaus Theweleit : Fantasmâlgories

L'Arche - Janvier 2016


Quel lien existe-t-il entre le fascisme et le genre ? C'est à partir de cette question que Klaus Theweleit explore la fascination masculine pour la violence et le pouvoir dans son œuvre colossale Männerphantasien (1977, Verlag Roter Stern).

À l'aide de la psychanalyse et partant d'un large corpus littéraire issu des rangs des corps francs allemands de l'entre-deux-guerres, l'auteur a tenté d'analyser la structure mentale de la personnalité fasciste.
Son ouvrage, qui reste encore à découvrir en France, consacré à la question du rapport entre pouvoir et genre, transgresse allègrement les limites des champs disciplinaires. En résulte un ouvrage hybride, mêlant histoire, psychanalyse et gender studies, qui nous plonge au cœur de l'âme virile et de sa dérive fasciste, avec de nombreuses illustrations en miroir/contre-point/pied-de-nez (des affiches de propagande aux tableaux de maîtres, en passant par des planches de comics américains) et un ton mêlant le sérieux scientifique à la contestation iconoclaste des thèses freudiennes. En se proposant de percer la psyché (érotique) de l'homme soldat dans les textes d'auteurs de l'entre-deux-guerres, Klaus Theweleit refuse de se satisfaire de l'interprétation psychanalytique traditionnelle et, dépassant la stricte période historique du fascisme européen, l'élargit à une analyse intemporelle de l'âme du soldat.

L'édition française, a été établie et traduite par Christophe Lucchese.

acheter ce livre

mardi 2 février 2016

Florence Guignard : Quelle psychanalyse pour le XXIe siècle ? Tome 1 : Concepts psychanalytiques en mouvement

Les Éditions d'Ithaque - Septembre 2015 - Collection : Psychanalyse


Psychologue clinicienne, psychanalyste et chercheur, Florence Guignard questionne, au fil de cet ouvrage comprenant deux tomes, la validité des paramètres psychanalytiques pour aborder les formes actuelles de la souffrance psychique. Plus d un siècle après la parution des Trois Essais sur la théorie sexuelle, le statut et le mode de fonctionnement de la sexualité infantile dans le développement psychique humain et dans sa psychopathologie ne sont pas à l'évidence les mêmes qu'en 1905. Ainsi, selon l'auteur, la théorie psychanalytique ne devrait pas être considérée comme un roc inamovible, mais plutôt comme un ensemble de modèles, dont il importe de remettre en question et de requalifier sans cesse les configurations conceptuelles. Ce premier tome se donne pour tâche de revoir et d'analyser plusieurs concepts majeurs de la métapsychologie, non seulement à l'aune des avancées de la méthode et des modifications de la technique, mais aussi à la lumière des changements anthropologiques et sociologiques survenus depuis la naissance de la discipline. Une telle recherche, profitable au clinicien d'aujourd hui, se poursuivra dans le second tome par l'étude critique des configurations des transferts, du trauma et des identifications.

Florence Guignard est psychanalyste, membre de l'Association psychanalytique internationale et co-fondatrice de la Société européenne pour la psychanalyse de l'enfant et de l'adolescent (SEPEA). Depuis 1970, ses travaux, traduits en plusieurs langues, notamment sur la sexualité féminine ou sur l'Infantile, ont contribué de façon significative au renouveau de la pensée psychanalytique.

acheter ce livre